Vivre signifie : croire et espérer, mentir et se mentir.

A l’abri, derrière mon clavier pour le moment….je découvre ce « nouveau » monde » !

Celui des amours virtuels, du sexe et du libertinage. Tour à tour : tolérant et ouvert, puis conformiste et prévisible. Il a des codes, un langage, des pratiques et ses règles de vie.

Je découvre un visage de femme dont j’ignore presque tout ; celui de la future quinqua que je vais devenir.

Je découvre aussi, les hommes, en toutes libertés ? Pas si sûr ou du moins attention aux généralités.

Suivant  nos cultures, le poids de la religion et de l’éducation, notre univers culturel et éducatif se reflète dans les approches. Mais aussi les limites, les tabous, la façon d’apprivoiser un corps, le désir, d’être à l’écoute.

 

Je rie, découvre des trésors, fais de belles voir très belles rencontres et de moins….intéressantes.

 

Loin du site de rencontre classique, où l’amour, la vie à deux, deviennent un prétexte ; le site que je fréquente annonce la couleur, les profils aussi ! Pas d’ambigüité, ce qui ne signifie pas : vulgarité et du cul sordide.

Chacun et chacune en fonction de ses attentes, de son personnage, de ses goûts est créateur de son univers. Libre à moi d’en accepter ou non les règles.

Un espace de liberté, où les mots, la relation à l’autre prend une nouvelle dimension.

 

La tendance est aux femmes Couguars ! Autant vous dire que je trouve cette expression odieuse et d’un autre âge.

Le concept n’est pas neuf ! N’est-il pas Messieurs ?! 

 

Beaucoup, sur ce site succombent à ce mythe…..certains viennent s’y vautrer, tellement certain que je suis dans cet espoir et cette attente.

Je fonctionne peu sous l’influence de ce genre de mode et devenir un produit marketing, à un effet désastreux sur ma sexualité !

Pour beaucoup les maladresses, le sens et la valeur des mots, les Femmes  et leur sexualité sont encore un mystère.

La performance sexuelle, les centimètres…..devient  l’accroche du packaging !

Traits communs des Hommes jeunes ? l’arrogance, les lieux communs. Leurs échanges sont  parfois odieux, insensibles, maladroits, ennuyeux mais aussi touchants.

Il ya aussi et merci de merveilleuses rencontres. Sincères dans l’expression du désir.

La liberté qu’offre cet anonymat, cette virtualité…