Ce qui comble, ce n’est pas la passion sensuelle ; c’est la rencontre, c’est l’intimité.

20 mai, 2011

……… Il y a de véritables rencontres, qui se passent de mots.

J’ai eu la chance de vivre un moment parfait. L’essentiel des « ingrédients » étaient là.

La sensualité, un désir brut, une douceur exquise, des rires, des sourires, des regards intenses et troublants. Les mains qui s’étreignent, les bouches qui se cherchent, les corps qui s’enlacent, se séparent pour mieux s’unir.

L’intelligence de l’autre et son écoute.  Savoir et comprendre ce qui saura émouvoir,  s’abandonner, troubler,  l’autre.

Bien loin du concept, des rencontres dites Libertines…..ou du moins l’idée que je peux m’en faire.

Aujourd’hui, chacun semble repartir vers sa vie, avec pour ma part le goût des émotions gorgées de soleil, une féminité épanouie et comblée.

Keira.

 

« Tous les hommes sont menteurs, inconstants, faux, bavards, hypocrites, orgueilleux et lâches, méprisables et sensuels; toutes les femmes sont perfides, arrtificieuses, vaniteuses, curieuses et dépravées; le monde n’est qu’un égout sans fond où les phoques les plus informes rampent et se tordent sur des montagnes de fange; mais il y a au monde une chose sainte et sublime, c’est l’union de deux de ces êtres si imparfaits et si affreux. On est souvent trompé en amour, souvent blessé et souvent malheureux; mais on aime, et quand on est sur le bord de sa tombe, on se retourne pour regarder en arrière, et on se dit: J’ai souffert souvent, je me suis trompé quelquefois; mais j’ai aimé. C’est moi qui ai vécu, et non pas un être factice crée par mon orgueil et mon ennui. »

A méditer.

A. Musset . On badine pas avec l’amour. Acte II scène V.

L’attente…..

16 mai, 2011

….. » Si je vous plais  embrassez moi !  » ainsi peut se résumer notre premier rendez-vous.

A la fois provocateurs, enthousiastes, drôles, impliquants furent ces mots.

Frébrile, confiante, troublée par tant d’assurance et de jeu, je me suis rendue à ce « premier » rendez-vous.

Voilà comment je peux vivre, le libertinage. Avec cette part, d’imprévue, de « mystére », d’humour, de joies et de liberté.

Laissant toujours le choix à l’autre, mais aussi à moi, de ne pas être en phase et d’en accepter la déconvenue.

Ne rien forcer, ne pas être dans le désir de l’autre, mais à l’écoute de mon instinct et de mes émotions.

Pas de mise en dangers inutiles, non plus.

Etre dans le respect, avec cette part de liberté et d’absence de projections, que m’offre ce moment de vie.

Etre à l’autre, ne veut pas dire pour moi, uniquement se « donner » mais Etre présente, à l’écoute de cet autre.

Nous sommes bien loin, de l’image libertine de certaines chansons ( que j’aime cependant) je ne me vie pas comme une catin ! comme je  ne consomme pas du cul !

Le baiser fut au rendez-vous ! d’autres ensuites au fil de notre promenade. Le désir immédiat et pourtant comme les braises,, il couve, se découvre, s’entretient, s’apprivoise et surtout il attend…..

Il y a la voix, le regard gris et sa lumière, les mots, le désir de part et d’autre; il y a ses silences, ses mains, cette douceur….. et pourtant une vraie présence masculine et sensuelle.

Je vibre déjà, à l’idée de cette rencontre charnelle, sensuelle et pas seulement….

 

L’union libre, c’est cela la solution : un adultère sous contrôle.

29 avril, 2011

…… Les joies de l’adultère, via les sites de rencontres ou libertins ! D’abord l’approche se fait, tendre et câline. Pressante, régulière, curieusement très libre dans la gestion du temps et de la logistique. Puis lorsque je semble, ou bien porter de l’intérêt ou encore céder virtuellement à la tentation………L’homme, charmant, se révèle petit garçon frileux. Les situations ne sont pas toujours à l’honneur, du coquin, SMS tardifs après le coucher de Madame et des enfants, mails ou appels dans la voiture ou bureau. 

Pour les plus light ! Il s’agit parfois d’émoustiller le butineur infidèle, alors que sa tendre compagne est à deux pas….Moi qui croyait que les hommes ne pouvaient pas faire deux choses en même temps.  Comble de l’ironie, je dois me tenir, disponible, prête à réagir aux moindres sollicitations, à la minute volée, au trou dans le planning…..euuuuuh, non pourquoi ?! Je suis célibataire, libre de mon temps, sans rien à dissimuler et si je veux faire le choix d’un trio….il  ne me suffira qu’à demander avec gentillesse et sourire aux couples qui désirent vivre cette aventure….de m’accueillir pour découvrir ce nouveau plaisir. Keira    

Sensible et Sensuel…

28 avril, 2011

…… Loïc.

32 ans, à mes yeux :  beau, tendre, sensible, virile, tellement sensuel et sexuel.

Il se révèle au fil des SMS (oui !).  Il devient plus téméraire, plus directif et entreprenant.

Ses mots sont crus, tendres et sans ambiguïtés.

Il s’emporte, s’abandonne dans son désir et le mien. Troublé et troublant, il est tour à tour attentif, à l’écoute, pour ensuite vivre son désir, avec hâte et impatience.

Je lui dois, mes plus belles émotions et mes plus beaux orgasmes qui n’ont rien de virtuels !

Une imagination fertile, de l’humour et cette dose d’émotions, qui rend nos jeux si indispensables !

Nous bâtissons des voyages érotiques, dans des situations ou lieux parfois improbables.

Le merveilleux est de s’embarquer, sans savoir ou le désir et les mots de « l’autre » vont nous conduire. L’idée de départ, est parfois loin du terme du voyage.

J’ai le souvenir de 3 situations exaltantes ! Un diner et une ruelle ; un lieu étrange et mystérieux….et une réconciliation aussi torride qu’urgente !

Parfois, je le confesse,  ensuite je mange mon chapeau de frustration !

J’ai l’impression de connaitre la douceur de sa peau, son odeur, savoir ce qui déclenchera le désir.

J’aime le lire et le voir s’éveiller au plaisir et l’excitation, j’aime son audace qui me bouscule, j’aime les surprises qu’il me réserve. Il semble lui aussi, au fil des messages, comprendre ce qui va me faire succomber, généreux en diable !

Grace à lui je me libère, je m’aventure sur des terrains jamais empruntés. Pour lui, je me fais soumise, douce, coquine, chienne, libertine en réponse à ses mots et ses désirs.

Il me touche par la désinvolture qu’il prend parfois, pour maintenir une distance. Faire la part entre notre cyber-histoire et la vie, sa vie.

Je respecte son indépendance, ses silences, ses escapades, sa solitude, cette autre.

La sagesse, que parfois je n’ai pas.

 

Il est ma Kam ! Et ça je veux le vivre !

J’ai pour lui des indulgences ; consciente de l’impasse dans laquelle nous évoluons. Consciente que je ne peux lui donner ce qu’l désire construire … . Peut-être aussi, ce qu’il ne pourrait assumer aux yeux de sa famille, de ses amis, son réseau social : mon âge et ce que je suis ?

Keira

 

 

 

La sécurité est la plus grande ennemie des mortels.

28 avril, 2011

Avec le temps je vie sur la toile, des joies et des écueils.

Ce besoin, curieux, à espérer de la sécurité.  Je n’aborde pas les questions physiques, la  maltraitance possible, les maladies, mais la sécurité affective.

Elle se manifeste par le souhait  d’avoir une maitresse, virtuelle ou non, de s’offrir des libertés, voir un cumul d’expériences, avec en toile de fond « une stabilité-référente». Une relation exclusive, je devrais presque jurer fidélité à ses amants virtuels !

Le féminin, soudain reprendrait sont rôle de vestale attentive ? …..

Je deviens en fonction des jours et des heures, confidente, sources d’informations, la bonne copine, la « bombe » virtuelle, belle, aux qualités morales et physiques exceptionnelles. Ce qui, vous en conviendrez les jours de blues, ravigote un égo affaibli !

Le mythe de la maman et la putain est bien vivant.  Vous me désirez, sage, patiente, coquine, désirable, disponible et fidèle…..

Je m’interroge. Je pique des colères virtuelles ;  révolte de la suffragette en ligne !

Sachez, que lors de nos « échanges », de la rencontre, celui du partage de l’intimité, je suis en « état d’amour » ! Car je vous choisi.

Les sentiments, une certaine forme d’amour, sont là, dans chaque mot. Nous accompagnons, le plaisir. Je suis présente à vos désirs, que j’enlace de mots crus.

Keira

 

Vivre signifie : croire et espérer, mentir et se mentir.

28 avril, 2011

A l’abri, derrière mon clavier pour le moment….je découvre ce « nouveau » monde » !

Celui des amours virtuels, du sexe et du libertinage. Tour à tour : tolérant et ouvert, puis conformiste et prévisible. Il a des codes, un langage, des pratiques et ses règles de vie.

Je découvre un visage de femme dont j’ignore presque tout ; celui de la future quinqua que je vais devenir.

Je découvre aussi, les hommes, en toutes libertés ? Pas si sûr ou du moins attention aux généralités.

Suivant  nos cultures, le poids de la religion et de l’éducation, notre univers culturel et éducatif se reflète dans les approches. Mais aussi les limites, les tabous, la façon d’apprivoiser un corps, le désir, d’être à l’écoute.

 

Je rie, découvre des trésors, fais de belles voir très belles rencontres et de moins….intéressantes.

 

Loin du site de rencontre classique, où l’amour, la vie à deux, deviennent un prétexte ; le site que je fréquente annonce la couleur, les profils aussi ! Pas d’ambigüité, ce qui ne signifie pas : vulgarité et du cul sordide.

Chacun et chacune en fonction de ses attentes, de son personnage, de ses goûts est créateur de son univers. Libre à moi d’en accepter ou non les règles.

Un espace de liberté, où les mots, la relation à l’autre prend une nouvelle dimension.

 

La tendance est aux femmes Couguars ! Autant vous dire que je trouve cette expression odieuse et d’un autre âge.

Le concept n’est pas neuf ! N’est-il pas Messieurs ?! 

 

Beaucoup, sur ce site succombent à ce mythe…..certains viennent s’y vautrer, tellement certain que je suis dans cet espoir et cette attente.

Je fonctionne peu sous l’influence de ce genre de mode et devenir un produit marketing, à un effet désastreux sur ma sexualité !

Pour beaucoup les maladresses, le sens et la valeur des mots, les Femmes  et leur sexualité sont encore un mystère.

La performance sexuelle, les centimètres…..devient  l’accroche du packaging !

Traits communs des Hommes jeunes ? l’arrogance, les lieux communs. Leurs échanges sont  parfois odieux, insensibles, maladroits, ennuyeux mais aussi touchants.

Il ya aussi et merci de merveilleuses rencontres. Sincères dans l’expression du désir.

La liberté qu’offre cet anonymat, cette virtualité…

Le désir n’a jamais fait la preuve de l’existence de l’objet du désir.

28 avril, 2011

Depuis maintenant 1 mois, j’ai commencé à explorer le monde du libertinage et de l’amour virtuel.

 

Ce blog n’a aucune prétention, que celle de partager ces découvertes, ces rencontres.

Il s’agit de mon regard sur cet univers nouveau pour moi, sans oublier les acteurs essentiels : Les Hommes.

Il sera, je le souhaite interactif. Avec le témoignage de certains amants virtuels ou non, d’illustrations faite par l’un d’entre eux : Loïc.

 

Les nouvelles technologies, changent nos rapports amoureux, les codes amoureux, les approches, la nature de la relation…… Que nous soyons célibataires ou en couple; dans le virtuelle ou la réalité. De nouveaux possibles, sans risques ? Je ne le sais pas……..ou du moins je n’en suis pas certaine.

S’il s’agit de parler de risques épidémiques, le clavier et la souris sont efficaces ! S’il s’agit d’émotions, de sensualité, de désirs, de plaisirs et pourquoi pas de sentiments amoureux…..là je crois avoir beaucoup moins de certitudes.

 

Ces pages se construiront dans le respect de l’anonymat, ou avec l’assentiment de mes partenaire.

 

Chaque rencontre est unique,  elle demande en cela du respect et des égards.

 

A chaque moment j’acquière de la confiance. Je retrouve une part de féminité que j’avais enfouie volontairement, une sensualité nouvelle se fait jour. Mais aussi, je pose un nouveau regard sur ma sexualité et redécouvre celle des Hommes.

 

Bonne lecture. Keira